dimanche 24 août 2014

UNE PROPAGANDE TOUJOURS PLUS GROSSIÈRE DE LA PART DES PROMOTEURS DU PROLONGEMENT DU T1


Décryptage du "T1 actus" diffusé dans toutes les boîtes aux lettres:


Tout d'abord, cette distribution en plein mois d'août démontre une fois de plus le mépris des décideurs de ce projet vis à vis des Noiséens.

Ensuite la personnalité qui rédige l'éditorial : Christian Favier, le Président du Conseil Général du Val-de-Marne ! (et de surcroît sénateur) … Un Val-de-Marne concerné uniquement à la marge (pour moins de 400 mètres de ligne).


Et puis surtout, il a l'impudence de nous vanter ce projet et de prétendre nous l'imposer, alors que lui-même refuse obstinément le passage du tram ("qui détruirait nos villes") dans le 94, son département — tandis qu'il le pousse dans le département d'à côté, le 93 !


Quand le président du CG 94 refuse obstinément le tramway chez lui, mais veut l'imposer … chez les autres !


Rappelez-vous :


Dans le "Parisien" du 18 juillet 2006, paraît cet article sur le projet « Orbival » présenté le 10 juillet 2006 par le président du Conseil général du Val-de-Marne. Cette publication est agrémentée d'un sous-titre :
---------------------------------------------------------------------------------------
« Plutôt qu'un tramway qui obligerait à détruire beaucoup de constructions de centre-villes, le Conseil général du Val-de-Marne avance la solution d'un métro départemental, qui permettrait de drainer 250 000 voyageurs par jour".
---------------------------------------------------------------------------------------

« Le président du Conseil général, Christian Favier, a présenté lundi 10 juillet au cours d’une conférence de presse le projet de ligne de métro ORBIVAL pour traverser le Val-de-Marne en 30 minutes et permettre de se déplacer dans la zone dense sans repasser par Paris.

"Ce métro d’environ 21 kilomètres relierait Cachan à Fontenay-sous-Bois en passant par Villejuif, Vitry-sur-Seine, Alfortville, Maison-Alfort, Créteil, Saint-Maur-des-Fossés, Champigny-sur-Marne, Nogent-sur-Marne, Le Perreux".

"Il permettrait de croiser les lignes du RER B, C et D et les deux branches de la A et la E. Il permet également une correspondance avec les lignes 7 et 8 du métro et avec les TCSP actuels ou futurs de la RN 7, de la RN 305, de la RN 19 et de la RN 303".


"A la question de savoir si le tramway ne serait pas une meilleure solution, il apparaît évident que sur ces itinéraires de rocade, la réalité urbaine rend impossible l’insertion d’un tramway sauf à vouloir détruire des kilomètres de villes au coeur du Val-de-Marne".



« La banlieue dispose de tous les atouts pour devenir un territoire d’ excellence » a souligné Christian Favier en précisant que « ce n’est pas de compassion dont elle a besoin » pour améliorer la vie de ses habitants et conforter son développement « mais d’investissements, de projets utiles » tels que cette future ligne de métro.

"Reste que le Conseil général n’est pas le seul décideur. La Région et le Syndicat des Transports d’Ile-de-France sont, dans ce domaine à bien des titres, les principaux acteurs et bien entendu l’Etat sans le concours duquel une telle entreprise n’est pas envisageable."

..........................

De l'art politicien d'oser dire tout et son contraire !


Monsieur Favier, qui cumule les fonctions de Sénateur et de Président du Conseil Général du Val-de-Marne, ne manque pas de culot quand on rapproche ce qu'il se permet d'écrire maintenant …    =>                      

… et ce qu'il affirmait de façon si péremptoire en 2006.

Donc selon lui, le tram embellirait la Seine-St-Denis, mais détruirait des kilomètres de villes dans le Val-de-Marne ! Si vous parvenez à suivre la logique et la cohérence de la réflexion de ce responsable politique …







 
Quand Christian Favier se prend pour Blaise Pascal … 
                                                  








Une nouvelle tentative de passage en force des promoteurs du prolongement du T1





Comment Christian Favier peut-il annoncer un planning de démarrage en octobre — de plus en se targuant de concertation — alors que ce projet est catégoriquement rejeté par les Noiséens et leur Maire, alors qu'il n'y a toujours pas de dossier de sécurité, alors que plusieurs recours contentieux (et pas seulement celui de l'association TramNon) contre la déclaration d'utilité publique ont été déposés auprès des tribunaux ?



De plus il ne peut s'empêcher de ressasser les bêtises et poncifs habituels, ni de répéter ces logorrhées comme quoi le tramway concourrait à "réduire la circulation automobile" (on sait bien que ce n'est pas le cas, compte tenu de ses médiocres performances), et qu'il permettrait en sus "d'embellir les villes" (les riverains de l'avenue Gallieni à Noisy, avec notamment ses dents creuses créées suite aux travaux du tramway, il y a plus de 10 ans, et toujours subsistantes, apprécieront "l'embellissement"…).



Un "Chef de projet" à géométrie variable et à engagements flexibles, et qui de plus ne maîtrise même pas son sujet ... !


Quant aux questions-réponses au Chef de
projet, Geoffrey Dufour … Vous pouvez toujours croire à ses dires, lui qui s'était engagé à ne pas mener l'enquête publique pendant les vacances (on rappellera qu'elle s'est tenue du 17 juin au 31 juillet 2013, et sans aucune réunion publique pour l'accompagner, comme c'est habituellement la norme recommandée - en particulier quand le projet est loin de recueillir l'assentiment général).

Rappel du CR officiel de la réunion avec les commerçants : G. Dufour " confirme que l'enquête publique ne se tiendra pas pendant l'été 2013, mais qu'elle aura lieu avant ou après la période de congés d'été".

Mais bien sûr, les engagements n'engagent que ceux …, etc., etc.

Sans doute redoutait-il les réactions des citoyens, compte tenu de l'accueil qui lui avait été réservé quelques mois plus tôt à Noisy, où lui et son équipe, incapables de répondre aux remarques du public et de défendre leur projet, s'étaient trouvés complètement ridiculisés face au questionnement de la salle, éberluée devant tant de méconnaissance et d'amateurisme de la part des responsables du projet de prolongement du T1 ...


Un petit exemple : à la question :" Où stationneront les camions des commerçants du marché ?", il fut répondu par ces "professionnels" : "Dans le parking souterrain sous le marché" — alors que chacun sait bien que les camionnettes et autres camions ne pourraient y accéder, compte tenu de la faible hauteur du plafond de ce parking !



Quel crédit peut-on accorder à ces gens ?


"Le projet sera affiné", écrit-il ... Bigre ! Avant de choisir le mobilier urbain il y aurait bien d'autres points plus graves à résoudre comme l'aspect sécurité, les restitutions de stationnement, la mise en place d'un double sens bd Michelet,...... et puis peut-être le financement !





"Choix des espèces végétales ", poursuit-il ! On n'est pas loin de l'insulte et du mépris, quand on sait que 148 arbres vont être abattus sur Noisy et que seulement 65 seront replantés, soit une perte nette de 83 arbres.


Et de plus les deux propagandistes se vantent  de la 
participation des riverains et de la "réponse à leurs besoins" qui leur aurait été apportée par les promoteurs du projet.

(Merci not' bon maître de vot'sollicitude envers les pôv' manants qu'nous sommes ...). 

Cela ne manque pas de culot, quand on sait que 70% de la totalité des avis sont issus des Noiséens, dont 83 % sont hostiles au projet (ce sont les résultats effectifs de l'enquête publique, mais qui n'ont jamais été publiés dans les conclusions particulièrement malhonnêtes qui en ont été diffusées par les commissaires enquêteurs, qui notamment ont préconisé l'option de piétonnisation de la rue
Jean-Jaurès, option qui n'avait été suggérée que par … 5 % des avis des Noiséens !).     


La volonté de passer en force contre le souhait des Noiséens et de l'équipe municipale est intolérable, au même titre que cette volonté irresponsable de dépenser plus d'un demi-milliard d'euros (plus de 2 fois le coût de l'hôpital Pompidou) pour un tel projet (dont le but essentiel est de permettre la réalisation d'un projet urbain sur Montreuil), alors que les finances publiques sont exsangues et que l'on rabote sur de nombreux budgets essentiels comme notamment la santé, mais également sur d'autres projets de transports réellement utiles, eux, aux voyageurs et non destructeurs pour le mode de vie des habitants.


Et qui paye cette propagande grossière ?


Combien a coûté la publication de ce tract, diffusé à plus de 120.000 exemplaires, et ce ... en début août, alors que les finances publiques - et notamment celles du Département 93, maître d'ouvrage de ce projet - sont au bord de l'asphyxie et devront être compensées une nouvelle fois avec nos impôts ?






Aucun commentaire:

Publier un commentaire