vendredi 4 décembre 2015

ÉLECTIONS RÉGIONALES : LA POSITION DES CANDIDATS SUR LE TRACÉ DU T1


TramNon avait écrit il y a un mois aux principaux candidats à l'élection régionale en Île-de-France pour les informer et leur demander d'exprimer leur position relative au prolongement du tramway T1 au travers de la ville de Noisy-le-Sec. 

Nous retraçons ci-dessous les positions des uns et des autres sur un sujet qui alarme depuis des années les Noiséens. On remarquera que la plupart des six candidats sollicités n'ont pas daigné nous apporter de réponse. 

********************************************************************************

Nous avons pu rencontrer Valérie Pécresse (Union de la droite et du centre) lors de sa venue à Noisy. Elle a pu se rendre compte de visu des difficultés qui aboutiraient au projet de passage d'un tramway dans le rue Jean-Jaurès. Nous reproduisons ci-dessous le courrier qu'elle nous a adressé suite à la visite qu'elle a effectuée sur site et à la rencontre qui s'en est suivie.



********************************************************************************

Claude Bartolone (Parti Socialiste) n'a pas répondu à notre courrier. À notre initiative, nous avons pu rencontrer l'une de ses collaboratrices pour lui confirmer notre requête. Celle-ci nous a assuré qu'il nous serait adressé une réponse, réponse qui ne nous est toujours pas parvenue en ce vendredi 4 décembre.

Dans son blog de campagne "Prolongement du T1 : Vite ! Désormais, chaque mois compte", le candidat réaffirme son soutien affiché au projet de tracé du T1 par la rue Jean-Jaurès, attendu selon lui depuis 15 ans par les Noiséens. Dans une interview à Mobilettre, il précisait en octobre dernier : "Je pense notamment au prolongement du T1 bloqué à Noisy-le-Sec, par pur égoïsme local".


On rappellera que Claude Bartolone avait il y a quelques années soutenu a priori ce tracé par ce qu'il dénommait, par méconnaissance totale du sujet,  l'AVENUE Jean-Jaurès [sic ! On lui précisera que la RUE Jean-Jaurès — où devrait selon le projet transiter deux voies de tramway, véhicules, vélos et piétons — mesure par endroits moins de 14 mètres de largeur …]. Le candidat avait néanmoins ultérieurement bien noté cette difficulté puisque, selon le courrier transmis par la section noiséenne du PS, il avait reconnu, suite à une visite sur place en compagnie de Jean-Paul Huchon, que "La rue Jean-Jaurès est par endroit trop étroite pour supporter le passage à deux voies du tramway".

La section locale du PS affirme toujours soutenir le projet en l'état, mais l'un de ses dirigeants (Jean-Paul Lefebvre) exige la réalisation d'une voie unique du T1 rue Jean-Jaurès et la suppression de la station Saint-Jean, tandis que l'autre, Corinne Bord (candidate à ces élections régionales), prône le déplacement de cette station qui bloque le passage de la rue Henri-Barbusse.

Dans un tract du PS, qui vient d'être diffusé spécifiquement sur Noisy-le-Sec, le soutien au prolongement du T1 a curieusement disparu, remplacé par un simple remplacement de ses rames : pas très courageux de cacher aux Noiséens sa réelle position sur le sujet … On appellera cela un mensonge par omission, sachant la massive opposition de nos concitoyens à ce projet !

 




********************************************************************************


Pierre Laurent (PCF - Front de Gauche) n'a pas répondu à notre courrier.

Son organisation soutient depuis longtemps et continue de soutenir le tracé du T1 en plein centre-ville, et ce en dépit du fait que ses représentants sur Noisy ont affirmé fonder ce soutien sous la condition de réalisation des modifications suivantes : alimentation des rames par batteries ou par sol sans caténaires, circulation du tramway à petite vitesse (10 km/h), aucune suppression des bus, financement par le STIF de la rénovation du centre-ville et du pôle gare. Aucune de ces conditions n'a été retenue par la STIF.

Autre apparente contradiction, le Front de Gauche local considère maintenant — tout en continuant à le soutenir … — que "le projet en l'état n'est pas viable", car il préfigure "la mort annoncée de notre centre-ville".

********************************************************************************


Emmanuel Cosse (EELV-Rassemblement écologiste) n'a pas répondu à notre courrier.

Les Verts noiséens avaient mis comme conditions à leur plein et entier soutien au projet le fait que le T1 soit remplacé par un matériel alimenté par le sol ou par batteries, que le pôle gare et le centre ville soient rénovés, et que la zone devienne piétonne sur la rue Jean-Jaurès. Ils considèrent maintenant que "l'on marche sur la tête avec un passage commun véhicules et tram dans la rue Jean-Jaurès".

En dépit de ces conditions impératives — dont aucune  n'a été admise par la STIF — EELV soutient le projet en cours.


********************************************************************************


Wallerand de Saint Just (Front national) et Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) n'ont pas répondu à notre courrier.

Nous n'avons pas connaissance de la position (s'il en existe une) de leurs organisations — ou de leurs délégations locales —  sur la question spécifique du prolongement du T1 à Noisy.

Sans plus de précision, Nicolas Dupont-Aignan a inscrit dans son programme qu'il "conserverait les extensions prévues des lignes de tramway de type T1".

********************************************************************************

Aucun commentaire:

Publier un commentaire