mercredi 22 mai 2013

NOISY-LE-SEC : PARKING INTERDIT … ET ABATTAGE MASSIF DES ARBRES !

Le STIF et le Conseil général 93 défendent leur projet de prolongement du T1 par la rue Jean-Jaurès en mettant en avant nombre d'arguments fallacieux ou non fondés. Ainsi, par exemple, ils prétendent que si le nombre de places de stationnement de véhicules supprimées sera d'environ une centaine, elles seront facilement compensées, tandis que notre environnement sera sensiblement amélioré.

Nous avons effectué un relevé très précis de cette évaluation, sur la base même des documents officiels fournis par ces instances ("Avant-projet provisoire 2013").


Il s'avère qu'il est prévu la disparition de 172 emplacements de stationnement sur les voies de la commune, se ventilant comme suit:




Qui plus est, ce chiffre de suppressions de places est sous-estimé, ou se fait au détriment de "la qualité spatiale de l'espace public", comme l'écrit le document officiel vantant de façon ridicule son projet : en effet, par exemple, entre le boulevard de la République et la rue de l'Union, le plan prévoit l'emplacement de 16 places. Sur le terrain on constate qu'il y a seulement 11 emplacements … L'écart de 5 places ? C'est simple, leur positionnement se fera au détriment des arbres qui seront supprimés ! Sur l'ensemble de la ville, selon les chiffres officiels, ce sont ainsi pas moins de 148 arbres qui seraient abattus sur la ville, contre 65 de replantés, soit une suppression nette de 83 arbres - sachant par ailleurs qu'un arbre replanté est très loin pendant de nombreuses années de valoir un arbre remplacé. Mais que pensent donc nos amis écologistes défenseurs du projet de ce massacre à la tronçonneuse ?

On peut estimer bien entendu qu'il y a trop de voitures dans la ville, que les propriétaires de véhicules devraient se trouver eux-même une place de parking… Certes, mais que faire de ce surplus, comment pouvoir se garer pour faire ses courses en centre-ville, ou se ranger à proximité de son domicile quand on ne possède pas le terrain nécessaire ? Comme disait Jean-Louis Mons, l'ancien maire à l'origine du tramway sur la ville : "Faites donc comme moi, allez faire vos courses à Rosny II".


Le STIF et le CG93 se moquent encore une fois du monde, en sous-estimant la véritable calamité que provoquerait sur notre ville la réalisation du prolongement du T1. Ils ont osé proposer qu'une partie (une soixantaine) de ces places perdues pourrait être transférée sur une zone adjacente rue Saint-Denis … dont le maire a immédiatement précisé que cet emplacement avait été réservé par la municipalité pour construire  —  ainsi que sur deux terrains … l'un appartenant aux résidents d'un immeuble, l'autre affecté au stationnement des véhicules municipaux!


Et quand bien même des terrains pourraient être trouvés en centre-ville (mais ils n'existent pas …), il faudrait trouver l'équivalent des surfaces pour garer les véhicules, soit, au prix actuel du foncier, des terrains pour une valeur supérieure à 1 million d'euros ! Sans doute une charge supplémentaire à affecter aux finances municipales …



Aucun commentaire:

Publier un commentaire