jeudi 27 mars 2014

LES ENJEUX DES PROJETS RELATIFS À LA QUESTION DU PROLONGEMENT DU TRAMWAY T1


Nous analysons dans cet article les enjeux que représentent les divers projets relatifs à la question du prolongement du tramway, ainsi que les options alternatives qui pourraient être mises en œuvre.


------------------------------------------------------------------------------------
QUELS OBJECTIFS POUR LES TRANSPORTS EN COMMUN ?

Les éléments majeurs à prendre en compte dans ce dossier sont la qualité de vie des Noiséens et l'intérêt général. L'objectif principal des projets de transport est de raccourcir les temps de transport et d'agir contre la pollution. Les deux vont de pair puisque la mise en place de transports en commun rapides est la seule manière de dissuader de l'utilisation de la voiture. C'est pourquoi les propos enthousiastes des tenants d'un tram rue Jean-Jaurès ne sont pas convaincants. Non seulement cette solution dégraderait la qualité de vie des Noiséens, mais de plus elle serait inefficace en termes de déplacements.

C'est pourquoi il nous semble que la seule hypothèse vraiment raisonnable est de substituer au prolongement du T1 une section de la future ligne 15 de métro dans le cadre du Grand Paris Express, au lieu de faire doublonner cette section sur 6 km avec le RER E comme prévu aujourd'hui, et comme cela a été validé dans la précipitation et sans aucune concertation par le Conseil Général 93.

UN PEU D’HISTOIRE …

Les leaders des listes « Demain ensemble » et « Agir pour tous les Noiséens » (cette dernière, celle de monsieur Lefebvre, ayant été fusionnée-absorbée par la première, celle de monsieur Sarrabeyrouse, pour le second tour) dénoncent un soi-disant caractère politicien donné à ce dossier : «.....manœuvres politiciennes de la droite noiséenne dont les motivations réelles sont très éloignées de l'intérêt communal »,  « Ce sujet a pris une dimension politicienne à partir du moment où il est devenu l’enjeu d’échéances électorales passées », «La récupération politique dont il a fait l’objet, a nui à la l’objectivité du débat ».

BIGRE  !

Faisons un peu d'histoire : l'élection municipale de 2001 voit la reconduite de l'équipe municipale alors en place (dont sont issus les responsables politiques aujourd'hui partisans du projet) ; peu de temps après le scrutin est diffusé le journal municipal « Noisy Infos » (voir en annexe)  : une double page consacrée au résultat des élections est suivie un peu plus loin d' une double page annonçant le prolongement de la ligne de tram, projet scandaleusement resté sous silence durant toute la campagne. Quelle honnêteté !

La vérité c'est qu'à l'origine le tracé du T1 avait été envisagé avec un passage par la Folie et remontée de la rue du Parc. Le maire de l'époque s'est battu, certainement de bonne foi, pour qu'il passe par la gare de Noisy sans vraisemblablement avoir mesuré les conséquences d'une traversée du centre ville. Depuis ce temps, malgré la mise en évidence de l'impact catastrophique que ce tracé aurait sur la qualité de vie des Noiséens, les décideurs s'obstinent et ne veulent pas remettre en cause ce tracé.
Depuis cette époque ce projet est resté effectivement un enjeu important dans chaque élection : quoi d'anormal ?

Ce qui par contre est anormal - on devrait plutôt dire ce qui est scandaleux - c'est la malhonnêteté avec laquelle les décideurs veulent imposer ce projet aux Noiséens.

Quelques phrases reprises dans les contributions évoquées plus haut :
Le débat public est essentiel à la démocratie, il participe à la vie de la « cité » "
       Certes, mais à condition que le débat soit honnête et démocratique. Cela n’a jamais été le cas jusqu’à présent.

"La question du tramway doit être reconsidérée dans une vision globale des transports en commun, de la protection de l’environnement, de la question des déplacements, du développement économique, de la requalification des quartiers et de l’évolution nécessaire d’une ville dans un territoire plus large."
     Tout à fait d’accord. C’est ce que Tramnon fait depuis plus de 12 ans. Et n’oublions pas que le projet prévoit le massacre à la tronçonneuse de 148 arbres sur la ville : en termes d’environnement, auquel les Verts se disent tant attachés, on fait mieux …

"Les études techniques ont été actualisées. Sollicités à travers des concertations ouvertes à tous, les Noiséens ont donné leur avis, posé des questions, obtenu des réponses, acquiescé aux conclusions. Lesquelles sont confirmées par l’enquête publique récemment clôturée. "
     NON, MILLE FOIS NON ! Les Noiséens ont donné leur avis, oui, et posé des questions, oui, mais ils n’ont pas obtenu de réponse et n’ont certainement pas acquiescé aux conclusions qui ne reflètent absolument pas leurs avis, comme l’a démontré la dernière enquête publique, où nos concitoyens ont exprimé à 83 % leur opposition au projet de tracé par la rue Jean-Jaurès !

Mais voyons plutôt le fond :

Est-il envisageable de piétonniser la rue Jean-Jaurès ? Certes il n'y aurait plus de problème de stationnement ... rue Jean-Jaurès. Bien sûr, puisque le problème serait reporté ailleurs. Un parking souterrain, disent-ils : où donc, et financé par qui ? Rien n'est prévu dans le projet.

Il est évident que cette piétonnisation sonnerait l'arrêt de mort du marché, de Simply, de Carrefour Market et de bien d'autres commerces: les Noiséens prendraient rapidement l'habitude d'aller faire leurs courses à Rosny 2. Ceux qui n'ont pas de voitures seront handicapés par la disparition de ces commerces.

Comment imaginer les rues Carnot, St-Jean et Bouquet en impasse !?

Comment imaginer les centaines d'écoliers et lycéens chahutant aux milieu des rames de tram, même si ces dernières y roulaient lentement ?

          Le problème d'accès des pompiers ne serait en rien résolu par la piétonisation, avec la présence des caténaires.



Quelles seraient les autres conséquence de cette piétonnisation ? les performances médiocres du tram ne permettront pas de réduire le nombre des voitures ; de ce fait les reports de circulation se feront dans des voies non adaptées en générant une augmentation de la pollution atmosphérique. L'impact sur le boulevard Michelet serait inacceptable : la largeur de la voie est insuffisante, et l'aménagement proposé dans l'étude d'impact n'étant pas techniquement réalisable, il faudrait supprimer un coté de stationnement et réduire les trottoirs.

Quel amélioration en termes de service ? Parlons plutôt d'une dégradation ! 12 arrêts de bus seraient supprimés. La vitesse rue Jean-Jaurès serait réduite à tel point qu'il serait pratiquement préférable de circuler à pied. Les riverains d'une partie du tracé du 105 ne serait plus desservis.
Il serait bien préférable d'améliorer le service du 105 en le transformant en vrai mobilien, notamment en adaptant son accès aux personnes à mobilité réduite, en organisant une priorité aux feux, et en mettant en place un vrai site propre partout où c'est possible.
Par ailleurs le projet prévoit une rupture de la ligne à Bobigny … ce qui signifie pour les Noiséens se rendant au-delà d'y prendre nécessairement une correspondance. On voit le progrès ! 

Que dire de cette affirmation ? « Du futur tracé dépend la rénovation du PÔLE GARE » ; ah bon, et pourquoi ? La question du pôle gare n'a justement rien à voir avec le T1. Ou bien alors cela confirme que les autorités font du chantage auprès de la municipalité : « Si vous voulez le pôle gare il faut accepter le T1 rue Jean Jaurès ».

Est-il envisageable la mise en place d'une voie unique ? Il semble bien que l'hypothèse ait été envisagée, mais vite abandonnée, car inadaptée en termes d'exploitation. En effet ce système de voie unique existe ailleurs, mais jamais dans la même configuration. En effet il se trouve qu'au milieu de cette voie unique se trouverait la station « St Jean » : comment gérer un tronçon de voie unique avec une station au milieu !?  Une solution : supprimer la station St Jean ! Cela améliorerait sans aucun doute le service aux Noiséens ! Et pourtant c'est ce que propose la liste « Agir pour tous les Noiséens » de monsieur Lefebvre, aujourd’hui troisième tête de la "liste  d’union " : voie unique sans station entre la gare et le théâtre des Bergeries, « la seule solution acceptable » selon lui. On voit là le progrès en termes de proximité du transport en commun …

Une alimentation alternative aux caténaires par batteries ou bien alimentation par le sol (APS) est-elle envisageable ? Il semble que la RATP ne soit pas favorable à ces solutions afin de maintenir le maximum d'unité en matière de matériel roulant en Ile-de-France, ce qui paraît être du bon sens.
Pour les deux modes d'alimentation se pose un autre problème : les rames de type ancien (alimentation par caténaire) qui sont utilisée sur l’autre segment de la ligne T1 doivent pouvoir passer rue Jean Jaurès pour rejoindre les ateliers prévus à Montreuil. Un tronçon sans caténaires nécessiterait que ces rames (non adaptées pour s'affranchir des caténaires) soient remorquées, avec une vitesse ne pouvant pas dépasser les 10 km/h. Cela paraît difficilement envisageable.
L'alimentation par batterie a déjà été mise en service, à Nice notamment pour traverser la place Massena. Rue Jean-Jaurès la présence d'une station au milieu du tronçon sans caténaires rend l'utilisation de cette technologie difficile du fait d'un important besoin en énergie pour redémarrer de la station. De plus le poids important des batteries risquerait d'être extrêmement perturbant pour gravir les côtes.

En conclusion : les positions des tenants d'un passage du tram rue Jean-Jaurès ne tiennent pas la route. Soit par ce que la solution prônée est techniquement mauvaise, soit par ce qu'elle dégraderait le service rendu aux Noiséens en matière de déplacement et leur qualité de vie d'une manière générale.

Si ce prolongement, malgré son coût astronomique (563 millions € soit 72 millions du km), devait être réalisé il est évident que seul un tracé direct depuis Bobigny via La Folie et la rue du Parc serait acceptable. Jean-Pierre Brard et l'association montreuilloise d’usagers des transports en commun l’AMUTC (partisans du prolongement du Tram) soutiennent ce tracé, permettant un accès rapide à la préfecture, à la Corniche des Forts et à l'Hôtel communautaire d'Est Ensemble;

Cette option permettrait une rénovation urbaine autour de la rue du Parc et accompagnerait très utilement celle déjà prévue autour de la ZAC de l'Ourcq, ainsi que les quartiers peuplés de Bobigny non desservis à ce jour. Il serait bien plus efficace également pour les habitants de Montreuil et Romainville, puisque bien plus rapide qu'un tracé cheminant à la vitesse d'un tortillard dans les rues étroites du centre ville, comme l'a exprimé l'association montreuilloise AMUTC.

ANNEXE: "Noisy-Infos - Avril 2001




Aucun commentaire:

Publier un commentaire