lundi 7 juillet 2014

BOULEVARD MICHELET : LES RIVERAINS VONT FINIR PAR REGRETTER QUE LE T1 NE PASSE PAS DEVANT CHEZ EUX …




Le comité de pilotage de mardi 1er juillet relatif au prolongement du T1 était l'occasion pour la maîtrise d'ouvrage d'exposer aux élus les "améliorations" concoctées par le CG 93 depuis l’enquête d'utilité publique.

Pas grand chose apparemment sur Noisy, sinon l'idée farfelue d'insérer une piste cyclable boulevard Michelet. Une piste ... Ou plutôt, une "bande cyclable", c'est à dire un espace de la chaussée dédié aux cycles.

Question : Cette "bande" est-elle envisagée dans les deux sens ?? 

Partons de l'hypothèse d'un seul sens.

L'idée est de faire cela en réduisant la largeur des trottoirs !!!  On ne peut pas dire que les trottoirs soient aujourd'hui d'une largeur telle qu'on puisse fortement les rogner : voir les plans ci-dessous.


















Cela est stupéfiant puisque la chaussée ne permet déjà pas le double sens de circulation.

En effet regardons les règles : 


Pour les bandes cyclables : 




Pour la chaussée :


 
Pour les trottoirs :

Un trottoir fait au minimum 1,40 m dégagé de tout obstacle (tel que barrières, arbres, lampadaires, feux tricolores,....).

Pour les places de stationnement :

Une place de stationnement fait 2,50 m auxquels il faut ajouter 0,80 si il s'agit d'une place handicapé.


Faisons les comptes :

Tout d'abord une largeur de 1,40 m pour un trottoir est le minimum, et ce minimum n'est pas acceptable en termes de sécurité dans une voie telle que le boulevard Michelet, surtout si elle devenait en double sens. En outre comme le montrent les deux photos ci-dessous le mobilier urbain (cercles rouges) devra être en dehors des 1,40 m, ce qui de fait ne permet pas de réduire les trottoirs à 1,40.









Il ne faut pas oublier la situation du collège Jacques Prévert, partagé en deux établissements de part et d'autre du boulevard Michelet. Cette situation implique qu'un grand nombre de collégiens empruntent les trottoirs de ce boulevard. De plus il y a de nombreux mouvements de classes entre le collège Gambetta et le collège Prévert, qui doivent obligatoirement traverser le boulevard Michelet.

Un problème de sécurité se pose également au niveau du rond-point des Petits Noyers avec la proximité de l'école Sainte-Croix.

Des trottoirs de 1,40 m boulevard Michelet sont inconcevables !

Une chaussée appelée à recevoir bus ou cars doit avoir une largeur minimum de 7 m, ou 6,50 m si la vitesse est inférieure à 50 km/h.   

Une bande cyclable fait au minimum 1,20 m.

Les plans montrent une chaussée de 10 m de large (deux voies de circulation plus deux côtés de stationnement) : or il faudrait 12 m (7 + (2,50x2) — ou  11,50 (6,50 + (2,50x2) si le boulevard passait en zone 30, ce qui nécessiterait bien sûr un aménagement spécifique.
Sur le premier plan (près du carrefour avec le boulevard de la République) les trottoirs font 1,68 m de large d'un côté et 1,92 m de l'autre: en les réduisant à 1,40 on gagnerait respectivement 0,28 m et 0,52 m, soit en tout 0,80 m.



Il est donc impossible de mettre le boulevard Michelet en double sens .......... sauf à supprimer un côté de stationnement, ce qui permettrait de gagner 2,50 m.
La maîtrise d'ouvrage se garde bien d'annoncer ce "coup fourré", car la perte de places de stationnement serait encore plus considérable que ce qui était prévu dans un premier temps, et alourdirait un bilan déjà catastrophique qui risque encore de s’accroître (voir prochain article).

Aujourd'hui nous avons compté 209 places de stationnement disponibles. Les documents de l'enquête publique laissent apparaître seulement 166 places. Si on supprime un côté de stationnement, il ne resterait plus qu'environ 83 places,
soit une perte d'environ 126 places.

La maîtrise d'ouvrage n'a toujours pas indiqué comment elle comptait restituer l'ensemble des places supprimées.

En résumé : le passage du tram rue Jean-Jaurès comme  envisagé dans le projet actuel implique que la totalité du transit automobile se fasse par le boulevard Michelet.  Le programme dans cette artère serait : une mise en double sens (automobiles, camions,  bus, cars, vélos....), un rétrécissement des trottoirs, la suppression d'un grand nombre de places de stationnement, des embouteillages dus au fait que les carrefours (en particulier celui avec le boulevard de la République) deviendraient ingérables, et en conséquence une très forte augmentation de la pollution.

Cette situation serait bien sûr amplifiée si, comme le demandent certains, la rue Jean- Jaurès était piétonnisée. 




1 commentaire:

  1. La création d'une association des riverains du bd. Michelet semble nécessaire et urgente. Les bornes sont dépassées du fait de l'incompétence et (ou) de la mauvaise volonté des décideurs publics.

    RépondreSupprimer