vendredi 20 septembre 2013

LE RAPPORT DE L'ENQUÊTE PUBLIQUE SUR LE PROLONGEMENT DU T1 : OÙ LA MALHONNÊTETÉ LE DISPUTE AU CYNISME …


Nous allons progressivement dans les jours à venir décrypter ce rapport clairement dicté par les promoteurs du projet.


UN RAPPORT MALHONNÊTE, DES CONDITIONS D'ENQUÊTE LITIGIEUSES:


Le rapport des commissaires enquêteurs comme nous l'avons déjà indiqué est malhonnête puisqu'il ne reflète pas le résultat de l'enquête : il met sur le même plan les arguments émis dans des centaines d'avis d'opposants au projet et ceux émis par ses quelques partisans (souvent des responsables politiques), quand bien même ils ne mettent pas ces derniers en avant .


Il en est ainsi de la piétonnisation de la rue Jean-Jaurès pratiquement présentée comme plébiscitée par les Noiséens (ce qui semble autoriser les commissaires enquêteurs à la recommander …) alors que la très grande majorité des avis exprimés la rejette et qu'elle n'est sollicitée que par moins de 2 % des personnes ayant donné leur avis !


  Il est par ailleurs précisé page 163 :

"Dans un souci de permettre la plus large participation du public, la Commission a demandé de porter la durée de  l’Enquête de 30 jours à 45 jours consécutifs, du 17 juin 2013 au 31 juillet 2013. Elle a, de plus, tenu 5 permanences dans certaines villes. La forte participation du public confirme que celui-ci a pu s’exprimer dans de bonnes conditions. Enfin, la publicité sur cette Enquête a été exécutée au delà des exigences règlementaire, comme la Commission l’avait préconisé"


Comment parler de forte participation en regard des villes autres que Noisy et, dans une moindre mesure, de Montreuil, ces deux dernières représentant à elles seules … 93 % des réponses exprimées (dont 70 % rien que pour Noisy) ??? Ce que l'on peut confirmer, c'est que si les Noiséens se sont effectivement mobilisés, la participation eut été bien supérieure si l'enquête s'était déroulée dans une période normale (on rappellera que les promoteurs s'étaient engagés par écrit à ne pas se faire se tenir l'enquête durant la période des congés estivaux). Par ailleurs aucune réunion publique n'a été organisée pendant la période de l'enquête, contrairement à ce qui avait été le cas lors des enquêtes similaires, et comme cela est fortement recommandé par les textes réglementaires.


Il est précisé page 41 :

  "Un premier recensement a été effectué pour évaluer le nombre de remarques par commune (ces avis incluent également les avis exprimés par les particuliers par courrier à l’adresse administrative de la Commission). Ces chiffres sont indicatifs et donnent les tendances globales des avis déposés pendant l’enquête."


Ces tendances malheureusement ne sont même pas mentionnées, ce qui est un comble pour une enquête censée évaluer le point de vue des citoyens ! Il est particulièrement malhonnête d'écrire que "ces chiffres donnent des tendances globales", et de ne pas indiquer ces tendances, en précisant simplement que les points-de-vue sont affirmés ! Il devrait être précisé la réalité : un vaste rejet des Noiséens, et aussi une forte opposition des Montreuillois, au projet tel qu'il est présenté. Ceci l'apparaît jamais dans le rapport.


 Aux problèmes soulevés, toujours les mêmes "non réponses" de la maîtrise d'ouvrages acquiescées par les commissaires.

 De la même façon, les objections fondamentales qui avaient été présentées par l'Autorité Environnementale avaient été traitées par le plus grand mépris.



MÉPRIS ET CYNISME À L'ÉGARD DES NOISÉENS :


Aujourd'hui un extrait qui ravira tous les Noiséens, mais tout particulièrement  les riverains  de l'avenue Galliéni. Il démontre merveilleusement à quel point on méprise les Noiséens.




Réponse des commissaires enquêteurs : " dont acte "


La réponse de la maîtrise d'ouvrage est hallucinante puisqu'elle présente l'implantation du tram avenue Galliéni comme une réussite.

Cela laisse clairement deviner ce qu'il ressortirait des promesses actuelles si le passage rue Jean-Jaurès était réalisé …

 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire