dimanche 2 mars 2014

QUAND UN CANDIDAT AU FAUTEUIL DE MAIRE DE NOISY-LE-SEC PRATIQUE LA CENSURE …

Lettre ouverte de TramNon à monsieur Olivier Sarrabeyrouse, candidat de la liste "Rouge et Verte" DEMAIN ENSEMBLE


Monsieur Sarrabeyrouse,

Vous vous présentez à la tête de la liste "Demain Ensemble" en affichant des valeurs de responsabilité, d'équité, d'honnêteté, etc.

Sur la question du tramway, vous venez de publier sur votre site (voir ci-contre) la position de votre liste relative au projet de prolongement du tramway au travers de notre centre-ville.


MONSIEUR LE CENSEUR, BONJOUR !


Hier matin deux personnes répondaient sur votre blog dans la rubrique "Commentaires" à votre défense du projet de prolongement du tramway.

L'un d'entre eux était signé nominativement par une personne s'affichant "pauvre et écologiste", ayant "jusqu'à présent toujours voté à gauche" et regrettant profondément votre position sur le T1, qui la poussait ainsi à ne plus soutenir une liste défendant le passage du tram rue Jean Jaurès.

L'autre déplorait cette politisation du projet  qui n'a aucun sens, cette obstination qui tourne à l'autisme. Elle semblait également proche de votre famille politique.

Eh bien, comme ces commentaires ne vous plaisaient vraiment pas, vous  les avez supprimés de votre site ! 

Nous avons été avertis que le phénomène s'est depuis reproduit à plusieurs reprises.

Nous avons nous-mêmes posté un commentaire signé par notre Président et que nous avons reproduit ci-dessous. Il a également été censuré.

Qu'un candidat pilote son blog et y diffuse ce qu'il juge utile, c'est la loi du genre et c'est tout à fait légitime. Qu'il censure des propos malveillants c'est tout à fait normal. Mais le débat démocratique c'est écouter les positions contraires aux siennes et y répondre en argumentant.

Quand on prétend ouvrir le débat en proposant aux lecteurs de réagir par leurs commentaires, et que l'on refuse d'y répondre — même aux plus modérés — il y a là comme un problème. Mais quand, en plus, on supprime carrément les messages de ses interlocuteurs (à l'exception de ceux qui sont "dans la ligne"), on ne peut qu'en déduire, déjà, une grande faiblesse dans l'argumentation.

Cela augure vraiment bien mal d'une personne se prétendant apte à devenir la premier magistrat de notre ville …


MONSIEUR LE CENSEUR, BONNE SOIRÉE !


Nous ne pouvons malheureusement pas reproduire tous les commentaires, mais voici quelques copies d'écrans qui attestent de la manœuvre.

Dans un tout premier temps, avant "modération":










Dans un deuxième temps, après "modération" :

Ne demeure alors qu'un seul message depuis samedi après-midi, favorable lui … au tracé du T1 par la rue Jean-Jaurès. Quelques autres commentaires réapparaissent pendant quelques instants, puis sont de nouveau définitivement supprimés.




Post Scriptum
Dans un troisième temps, dès publication de cet article :

Mais comme c'est bizarre ! Dès parution ce dimanche soir de l'article que vous lisez actuellement, les commentaires qui avaient été censurés sont de nouveau … visibles. Sans doute fallait-il éviter la révélation de cette manœuvre peu glorieuse … mais il est un peu tard, le mal a été fait, et ce n'est pas ce soudain accès de probité forcée qui va le compenser.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire