mercredi 14 mai 2014

LE PROJET DE TRACÉ DE LA LIGNE 15 DU MÉTRO : UNE ABERRATION EN TERMES DE SERVICE RENDU, UN GÂCHIS FINANCIER INACCEPTABLE !


La réalisation d'un métro périphérique en banlieue autour de Paris était en soi un excellent projet.


Par contre sa mise en œuvre telle qu'elle est aujourd'hui programmée, et dont l'orientation a été votée lors du Conseil du STIF le 11 décembre 2013, ne répond aucunement aux besoins de la grande majorité des utilisateurs, comme nous l'avons déjà analysé.


A l'origine le tracé de métro périphérique devait être réalisé à environ 5 km à l'Est de Paris (tout comme il passe à cette distance au Nord et au Sud de Paris selon le projet global). Cette option, la plus logique, avait été retenue dans un premier temps a priori … sauf que le Conseil général du 93 lors d'une séance quasi clandestine et sans aucun débat décidait il y a deux ans de retenir le schéma ci-dessous entre Drancy-Bobigny et Val-de-Fontenay, validé depuis par le STIF lors d'une simulation de concertation.


On voit sur le plan ci-dessous, dans les deux encadrés, l'aberration du tracé:

- tracé commun sur 4 km entre Drancy-Bobigny et le Pont-de-Bondy avec le tramway T1;

- tracé commun sur 6 km entre Rosny-Bois-Perrier et Nogent avec le ligne E du RER !

Même si les deux moyens de transport n'ont pas forcément la même vocation, on ne peut que constater l'absurdité de faire se chevaucher sur 10 km deux modes de transport lourds sur fer, l'un en surface, l'autre en souterrain …




Pourquoi ce choix ? Simplement parce qu'il était hors de question pour ces organismes de retenir le tracé qui allait de soi, à savoir un faisceau allant directement de Bobigny à Fontenay et Nogent, permettant de desservir des zones d'habitations denses ne bénéficiant d'aucun réseau rapide de transports en commun, tout cela parce que … une partie de cette zone serait desservie par le prolongement du tramway T1, qu'il fallait absolument défendre contre toute logique.


Non seulement ce tracé (voir ci-dessous, trait pointillé en mauve) présenterait une utilité réelle pour la population, mais en plus il économiserait la dépense occasionnée pour la réalisation du prolongement du T1 (soit plus d'un demi-milliard d'euros) — sans parler du fait qu'il éviterait le saccage du cœur de la ville de Noisy-le-Sec. Il est vrai que chacun sait bien que la question des économies n'est sans doute pas une priorité actuelle, alors que les pouvoirs publics sont à la recherche du moindre million …























Quant à la station prévue à Bondy/Petit-Noisy, elle risque fort d'être déplacée sur Bondy-ville, compte tenu de la difficulté technique d'établir une gare sous le canal de l'Ourcq:  

 

                                                        

Dans le Canard Enchaîné de ce matin, ce petit article qui éclaire bien sur la situation : pour financer tous les projets de transport, la région Ile-de-France "n'y arrive pas"!

Dans ces conditions on voit mal cet acharnement à maintenir le projet de T1 et de ligne 15 dans la configuration prévue actuellement. 

Les motivations de tout cela ?  La volonté d'améliorer l'efficacité des transports, ou bien des raisons purement politiciennes ? 

 Pourquoi dépenser plus pour une efficacité moindre ? 

Cela dit, pas de problème, les contribuables paieront un peu plus !!!!

Et puis le risque est peut-être aussi de faire passer le prolongement de la ligne 11 à la trappe, ou tout au moins de sacrément le retarder.



Dans ce contexte de nouvelle campagne électorale n'hésitez pas à interpeller les décideurs.






Aucun commentaire:

Publier un commentaire